Savoir choisir les bons sucres

Le sucre raffiné créé de l’acidité

L’excès de sucre, ou la consommation de sucre raffiné acidifie ; si celui-ci n’est pas transformé dans la cellule en ATP (par excès, par manque d’oxygène, ou de vitamines & de minéraux), il y a acidification du terrain. Nb : si une personne mange sainement mais qu’elle est sédentaire, elle n’aura pas suffisamment d’oxygène et son terrain va s’acidifier également.

Les carences en sucre (il y en a peu dans les pays en voie de développement) ; les carences provoquent des hypoglycémies qu’on peut avoir quand on saute un repas par exemple.

Si le corps manque de sucre, le système nerveux est le premier à en souffrir : confusion, manque de concentration, jambes flageolantes, maux de tête, irritabilité, crise de larmes, tremblements… Quand on a ce type de sensations, prendre un fruit ou deux permet de revenir à l’état normal, et manger à heures fixes ; on évite les grignotages du type « un mars et ça repart » car cela va créer une hyperglycémie entrainant une hypoglycémie réactionnelle… et ainsi de suite.

Les excès ouvrent à énormément de troubles

–      Surcharges pondérales: (triglycérides et cholestérol) ;
–      Flore de fermentation ; gaz, ballonnements ;
–      caries : Les sucres les plus cariogènes sont  le miel, le sirop de dattes, les fruits secs qui adhèrent aux dents ;
–      Déminéralisation (perte de minéraux et d’oligo-éléments) ;
–      Production de mucus (le corps va essayer d’évacuer ces surcharges sous formes de catarrhes (ORL, cutané, vaginaux) ;
–      Affaiblissement immunitaire : chute de vitalité (rhumes et rhino-pharyngites à répétition) ;
–      Maladies dégénératives dites de civilisation.

sucre blanc raffiné industriellementLe danger des sucres industriels (Source : Dr Herzog)

Il faut distinguer les sucres naturels assimilables des sucres artificiels qui ne le sont pas. Nos enzymes cellulaires sont adaptés au galactose présent dans le lait, au glucose (ex : raisin), au fructose (dans les fruits) et au miel.

Le saccharose (ou le sucre blanc raffiné industriellement) provient de la canne à sucre ou de la betterave et résulte d’une production chimique artificielle qui utilise la chaux vive, pour l’extraction, et des colles. C’est un faux ami auquel on devient vite dépendant. C’est un aliment « mort » qui encrasse le métabolisme.
Il s’agit du sucre blanc ou roux raffiné, qu’on trouve dans les productions industrielles (sodas, confiseries, biscuits, pains, plats préparés, charcuteries, conserves, etc….).

Le saccharose ne comble pas les besoins énergétiques et induit des effets secondaires. Sa consommation entraine :
– un affaiblissement des capacités immunitaires
– hormonales et circulatoires,
– une fatigue chronique,
– une réduction du potentiel intellectuel et créatif
– et favorise la dépression.

Il n’est pas aisé de supprimer du jour au lendemain le sucre (blanc) car il est partout… Mais prendre conscience de ses méfaits est essentiel. Cela permet de changer en douceur ses habitudes alimentaires comme d’éviter les plats tous préparés, de lire les étiquettes des produits industriels, de prendre le temps de cuisiner, etc).
Pensons à remplacer le sucre industriel par des sucres naturels. La consommation de deux fruits par jour est excellente. Et nourrissons nos cellules de céréales complètes (pâtes, pains, farines, semoules, légumineuses…)

Voici un article de Michel Dogna d’Alternative Santé sur le même sujet : cliquez ici.

Les bons sucres :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *